Adblok and co, la nouvelle menace de vos sites…

    0
    240

    Avec la nouvelle mise à jour de l’iPhone iOS9, sans aucun doute bientôt suivie par Google, l’extension des bloqueurs de publicité sur mobile s’annonce comme une véritable révolution.
    De fait, cet usage désormais généralisé entraîne une nécessaire réflexion sur le financement des sites

    Les infinies possibilités de mesure et de traçage offertes par Internet (clics, vues, temps passé etc.) avaient permis la mise en place de publicité ciblée et toujours plus présente… mais, revers de la médaille, ces fenêtres intempestives, ces formats toujours plus innovants ont permis à ces logiciels « bloqueurs » d’atteindre les 198 millions d’utilisateurs dans le monde, chiffre en permanente croissance.
    Entre 2013 et 2014, les internautes utilisateurs ont augmenté de 41%, entrainant une perte de revenus pour les sites web de plus de 21 milliards de dollars, perte estimée à 41 milliards pour 2016.
    Une étude parue la semaine dernière apporte un nouveau chiffre : en France, 33 % du temps passé devant des vidéos (sur PC) ne serait pas monétisable
    Ah oui, tout de même !

    Des signaux faibles indiquent que les internautes sont malgré tout désormais prêts à certains compromis pour bénéficier de contenus « de qualité » : communiquer des informations sur eux, voire payer un abonnement pour certains (1 million d’abonnés numériques au NY Times, plus de 100.000 à Mediapart)…
    Toutefois ils continuent de rejeter les formats publicitaires « trop intrusifs, répétitifs, ennuyeux ou non ciblés » (extrait d’étude qualitative récente)…

    Quand les dernières prévisions (Zénith Optimedia) montrent que la publicité sur Internet dépassera la télévision pour la première fois dans le monde en 2018 et que l’Internet mobile devrait faire mieux que la presse dès 2016 (devenant ainsi le troisième support de publicité dans le monde, derrière la télévision et l’Internet fixe), des mesures s’imposent :

    Du côté des fournisseurs d’information et de leurs sites :

    • offrir de plus en plus de contenus valorisant et pointus en demandant en contrepartie à leurs visiteurs de désactiver leur bloqueur (voire de programmer des contre-offensives techniques),
    •  réfléchir à des formats publicitaires pénalisant moins la lecture et la navigation, et plus ciblés (de type Native AD)

    Du côté des utilisateurs, même si le non chargement des publicités en particulier en mobilité implique un temps de réponse plus rapide :

    •  faire preuve de plus de tolérance et accepter que l’accès à des contenus quels qu’ils soient (vidéo, news…) n’est jamais totalement « gratuit »…

    Et, le plus compliqué, accepter nos personnalités multiples puisque nous pouvons nous trouver des deux côtés : éditeur et lecteur !

    Sources : Slate, Les Echos, La Croix

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Veuillez saisir votre commentaire
    Veuillez entrer votre nom