Des données d’une année sans fin

    0
    515

    Enfin, nous avons bouclé l’interminable 2020…
    Nous ne pouvons qu’espérer une “meilleure” année 2021, dont l’un des attributs sera une solution en 6 lettres…. commençant par V…

    Au-delà de la rétrospective du mois dernier, voici quelques tendances et mutations à avoir en tête en ce début d’année…

    Des audiences de marques médias record

    Les deux mois de confinement du printemps ont stimulé la consommation des médias et battu des records, tous supports confondus : pas moins de 335 millions de visites sur les marques médias entre le dimanche 15 et le lundi 16 mars 2020, dont 80% sur mobile.
    C’est le triple de la fréquentation normale selon l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias.
    En mars, les audiences numériques du Parisien ont atteint 200 millions de visites, tandis que Les Echos en enregistraient 60 millions, en hausse de 100% par rapport à la même période de 2019.
    En avril, toujours selon l’APCM, Le Monde enregistrait 210 millions de visites, en hausse de 103% et Le Figaro 201 millions de visites, + 66%.

    Au premier semestre 2020, les abonnements payants des media en ligne ont aussi connu une progression sans précédent : 95.000 abonnés de plus pour Le Monde, 35.000 pour Le Figaro, ce qui représente un taux d’abonnement en hausse de 42% et 27%.
    Ce ne sont pas les seuls : Le Point bénéficie d’une hausse de 42% avec 30 000 abonnés numériques en totalité, Courrier International monte de 50% avec 54 000 abonnés tandis que Le Parisien et l’OBS affichent une progression de 46 et 43%.

    • Deux nuances toutefois : l’année 2020 a été très mauvaise en vente aux numéros et ces abonnements ont été majoritairement souscrits via des offres promotionnelles très attractives, lancées pendant le premier confinement. L’année 2021 permettra de chiffrer la fidélisation de ces nouveaux abonnés.

    Les médias sociaux You Tube, Facebook et Messenger comptent 33 millions d’utilisateurs en 2020, ce qui représente 60% de la population, un chiffre en augmentation de 5,6% par rapport à 2019.

    Les activités sédentaires liées aux écrans ont pris (encore) plus d’importance :

    Même la télévision linéaire a progressé : Entre mi-mars et le 10 mai, 48 millions de Français ont allumé quotidiennement leurs postes contre 42 millions sur la même période en 2019, avec une durée d’écoute moyenne de 4h 17′ (soit une heure de plus).

    Durant le premier semestre 2020, 18 millions de Français déclarent avoir utilisé une plateforme Netflix, Amazon Vidéo, Disney + ou OCS, soit un gain de 5,8 millions de spectateurs par rapport à la même période en 2019.

    En 2020, 63% des internautes français déclarent payer pour visionner des films ou écouter de la musique de façon dématérialisée, soit une augmentation de 7% par rapport à 2019.

    Durant le premier confinement, les ventes de consoles de jeux ont augmenté de 140% et il a été enregistré une hausse de 265% pour les jeux dématérialisés.

    • D’ailleurs, 73% des Français estiment que le jeu vidéo est un loisir pour toute la famille et 50% qu’il a des impacts positifs sur le développement des enfants…

    L’éducation a fait sa mue :

    En 2020 en France, 14 millions d’élèves (écoliers, collégiens, lycéens et étudiants)  n’ont pu se rendre à l’école ou en cours durant plusieurs mois (et 1,5 milliard au niveau mondial).

    70% des parents se sont déclarés satisfaits de la continuité pédagogique assurée grâce au numérique et 41 % d’entre eux considèrent même que leur enfant a progressé plus rapidement.

    • Mais 6% des élèves du primaire et 10% des collégiens et des lycéens n’ont pu être correctement accompagnés par leurs enseignants au printemps car ces derniers ont eu des problèmes de bugs, de saturation du réseau ou du mal à s’adapter à l’enseignement numérique à distance.

    • L’inégalité territoriale en niveau de couverture a également été un obstacle non négligeable : si 85% des Parisiens ont accès à la fibre, c’est le cas de seulement 15% des élèves résidant dans des territoires ultramarins.

    • A noter également que 14,6% des Français n’ont toujours pas accès à Internet et 33% des familles pas de Smartphone.

    Les outils vidéo ont également été utilisés pour de nouveaux usages :

    5,5 millions de téléconsultations ont été effectuées durant le mois d’avril 2020, soit 27% de plus que l’ensemble des consultations réalisées en France, soit une augmentation de 5,6% par rapport à 2019.

    • A titre de comparaison, en 2019, la téléconsultation n’avait séduit que 60.000 patients

    Culture, culture…

    En 2019, 3,2% du PIB français avait été généré par la culture, pour 57,8 milliards d’euros.


    C’est 7 fois plus que l’automobile et seulement 0,3% de moins que l’agro-alimentaire.

    • 22 milliards de baisse de chiffre d’affaires sont attendus en 2020 pour les secteurs culturels, tous types d’activités confondues.

    • 1,3 million d’emplois dépendent directement ou indirectement des industries culturelles en France en 2020.  3 actifs sur 10 sont indépendants (contre à peine 12% dans l’ensemble de la population active)

    Pendant le premier confinement, le numérique aura permis de compenser l’absence de sorties culturelles : 20% des Français déclarent avoir visionné en ligne au moins une captation de spectacle ou de concert ou effectué une visite virtuelle de musée. Le Louvre a ainsi attiré sur son site 10 millions de visiteurs en deux mois.

    • Mais reste à surveiller les conséquences de la gratuité des contenus mis ainsi à disposition, et plus largement sur l’avantage acquis de la culture “de salon” sur la “culture de sorties”.

    • 43% des Français âgés de 18 à 25 ans déclarent vouloir diminuer leurs dépenses culturelles à la suite de la crise sanitaire.

    L’issue de la pandémie est encore non datée.

    Mais il nous appartient, dès à présent, de réfléchir à la manière dont nous allons recréer du lien, rétablir la proximité et susciter de l’engagement de façon durable, une fois passée l’euphorie des retrouvailles avec nos proches, des relations sociales normalisées, res cafés et restaurants accessibles et de la reprise des spectacles vivants.

    Je terminerai cette première lettre de l’année par un moment de grâce : sur la Danse des Chevaliers (Roméo et Juliette de Prokofiev), une vidéo des danseur.se.s de l’Opéra de Paris, hommage au personnel soignant et toutes les personnes mobilisées pendant le premier confinement, montée par Cédric Klapisch, visionnée plus d’un million de fois…


    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Veuillez saisir votre commentaire
    Veuillez entrer votre nom