Confiance, influence, réconfort

    0
    724

    “Tu trouveras, dans n’importe quelle situation, des divertissements, des délassements et des plaisirs, si tu t’appliques à juger tes maux légers plutôt que de te les rendre intolérables.”
    (Sénèque)

    Pour rester dans les sujets de prédilection de cette newsletter, il est logique de vous parler prioritairement :



    • de l’édition 2021 du 34° baromètre La Croix / Kantar sur la confiance des Français dans les  médias :

      • en cette année 2020 marquée par une pandémie inédite, près de sept Français sur dix (67 %) déclarent avoir suivi cette actualité aux multiples effets sur leur vie quotidienne et celle de leurs proches.
        C’est 8 points de plus qu’en 2019, où l’intérêt pour l’information avait atteint son plus bas niveau historique (59 %). Seuls les 18-24 ans (51 %) ne se sont pas davantage informés.
    • de la montée de l’influence des newsletters : elles sont par définition, un « média compagnon », adaptées aux nouveaux modes de consommation des contenus. En outre, leur côté rendez-vous rituel constitue presque une forme de réseau social à part.

      • Jean Abbiateci, fondateur de Bulletin, ex-rédacteur en chef adjoint pour Le Temps et Heidi.news, un nouveau média suisse, imagine même que des newsletters à la demande vont se développer dans les années qui viennent.

      • Substack, plateforme  californienne de newsletters payantes, qui revendique de se concentrer sur les créateurs et leur audience, a vu son nombre d’abonnés passer de 11.000 à 250.000 en moins de deux ans.

    • de cette tendance du « Less is more » ou l’importance de se reconcentrer sur la qualité des contenus partagés plutôt que sur leur quantité.


    • de la nécessité de répondre au syndrome du Fear Of Missing Out (ou FOMO) (ou la peur de passer à côté d’un contenu important) dans un contexte où l’information est accessible de façon permanente :

    • si plus de 90% des utilisateurs de TikTok ouvrent l’application plus d’une fois par jour, son potentiel de créativité n’est pas encore vraiment exploité par les marques ;

      • capitaliser sur la tendance du Live qui a explosé durant les périodes de confinement en continuant de proposer des évènements en direct, sans rediffusion…
      • … mais aussi le streaming pour donner rendez-vous à vos audiences ;
      • la sérisation des contenus, en organisant vos contenus en webséries pour accentuer l’effet FOMO, à la manière des séries télévisées qui diffusent un épisode par semaine.


    En cette période post-galette et coincée entre la Chandeleur et le Mardi Gras, de vacances ou pré-vacances pour certain.es d’entre vous, soyons honnêtes : même si vous comme moi consommons beaucoup de contenus medias, les produits alimentaires ont aussi leur importance.

    Revenons sur quelques tendances alimentaires de cette année 2021, très influencées par les périodes de confinement.

    • Déjà, bonne nouvelle, le petit-déjeuner reprend une place de choix : travailler à domicile (voire pour certain.es dans leur cuisine) a permis le grand retour des tartines, céréales, voire des œufs dans nos assiettes. Au Royaume-Uni, lors du premier confinement, la consommation d’œufs a augmenté de 68% par rapport à la même période de 2019.


    • Selon l’étude DATAlicious, au cœur du confinement, une personne sur 5 déjeunait avec ses proches, Vs une personne sur 2 seule devant son ordinateur en décembre 2019.
      69% des Français consommaient du « 100% fait maison », ils sont désormais 67% (soit 2 points de plus qu’avant la crise, +4 points pour ceux qui vivent en appartement).


    • En terme de consommation de média, le grand vainqueur est le JT, regardé par 17% des Français durant le repas (dont 25% des 18-24 ans). Dans le baromètre précédemment cité, la crédibilité de la télévision gagne d’ailleurs 2 points par rapport à l’édition précédente (42% Vs 40%), restant malgré tout loin derrière la radio (52% Vs 50% en 2020) et la presse (48 Vs 46%).


    • Parmi les changements les plus visibles depuis le 1er confinement, figure la solidarité dans l’assiette. 27 % des Français déclarent manger plus « local », qu’avant la crise ou en circuit court, pour soutenir les agriculteurs et petits producteurs. Pour 22 %, c’est même devenu plus important qu’avant le confinement de manger « français » tout comme de savoir ce qu’on met dans les assiettes.


    • Actuellement, la livraison et la vente à emporter demeurent les seuls moyens (légaux) de savourer les mets de nos restaurants préférés.

      • Pour 66 % des Français, la livraison est un soutien pour les petits restaurants de quartier dans une démarche responsable et locale. Un chiffre qui monte à 77 % pour les jeunes de 18-24 ans et 73 % chez les 25-34 ans pour qui la livraison est aujourd’hui pleinement ancrée dans leurs habitudes de restauration.

      • D’ailleurs près de 50 % des restaurateurs la considèrent comme une solution d’avenir. Elle était estimée à 3,3 md€ en 2019, en hausse de 20 % par an, selon les chiffres de Food Service Vision et devrait doubler d’ici à 2022 avec 3 commandes passées aujourd’hui chaque seconde pour une dépense moyenne par commande de 16 euros le midi et 17 euros le soir.
        Plus de 2 commandes sur 3 passent par les plateformes.

      • Dans cette logique, beaucoup de restaurateurs réfléchissent au concept de Ghost Kitchen.
        Dès 2019, l’ancien patron controversé d’Uber, Travis Kalanick, obtenait un financement d’Arabie Saoudite de 400 millions de dollars pour lancer CloudKitchens, société spécialisée dans le rachat de bâtiments à bas prix pour y construire des cuisines uniquement dédiées à la livraison de repas.

    En attendant de boire un café en terrasse ou de refaire le monde dans un de nos bistrots favoris, rendez-vous le 8 mars prochain. 

    Sources :
    La Croix – Kantar / 34° Baromètre de la confiance dans les médias
    Le Blog du modérateur
    L’ADN
    DATAlicious / Ifop by Just Eat

    Vous pourriez aimer :
    Des données d’une année sans fin
    Neuromarketing : quelques pistes pour convaincre vos clients
    J24

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Veuillez saisir votre commentaire
    Veuillez entrer votre nom